Association des Baronnies de Jumièges

 

 

Comme vous l’a déjà dit Laurent la pratique de l’activité qui nous rassemble le plus, la randonnée,  est suspendue suite aux décisions des autorités.

 

Le plaisir de nous retrouver pour marcher, « bavasser », échanger, rire, pique niquer, boire un verre en fin de journée… tout est mis en sommeil.

L ‘association ne peut ni se mettre en défaut, ni être vecteur de la maladie.

Nous sommes aux Baronnies pour échanger, partager ce que nous aimons le long des chemins.

 

Une idée me trotte dans la tête depuis un moment.

Beaucoup d’entre nous aiment lire et lorsque nous avons aimé un bouquin nous aimerions qu’un autre l’apprécie aussi.

Pourrions nous faire un petit post via le site pour donner nos sentiments sur nos dernières lectures.

 

Si cela vous dit, Laurent pourrait il nous faire une rubrique « J’ai lu… »

A la suite de ça on pourrait dire : « Ca a l’air bien. Tu m’le prête ? »

Pour les échanges ou envois La Poste prend 6€ pour un bouquin de 250 pages.

C’est un peut cher  et donc il faut attendre de se revoir  pour se les passer.

 

Bon c’est une idée pour marcher autrement …

 

En attendant restez prudent et utilisez votre autorisation de sortie pour respirer l’air de la liberté.

 

 

Jean-Pierre

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

La fièvre des polders

Henri Calet

 

 

Pour ceux qui ont visité les Flandres, ses canaux, ses polders … retour 120 ans en arrière. (pas si vieux !) 

 

La vie y est installée dans un monde humide où l’on travaille toujours en contact avec l’eau des canaux et de la mer proche. Il y vente, il y pleut et pourtant on se rapproche ou se détruit comme partout ailleurs.

Il y a un peu de Maupassant dans cette écriture.

 

 

 

 

 

 

 

Chronique d’une époque

 

Roman humain, humble et fort.

 

Première phrase : « Jules ne se sentait plus tenu en main, repris le pas, tirant contre le vent la voiture et son maître. »

 

La dernière : « Toutes les heures, régulièrement, le tram électrique orange passait devant la maison, léger, rapide, silencieux. »

 

 

JPP

 

 

 

 

 

 

 

25/11/2020

 


 

Graig  JOHNSON - Une évidence trompeuse

 

 

 

Le héro, shérif d’une petite ville du Wyoming, son adjointe explosive, son ami indien vont vous faire vivre une enquête au milieu d’un rassemblement de motards.

 

Bagarres mais aussi humour et clins d’œil littéraires pour ce laconique cow-boy moderne.

 

 

Il s’agit du 13ème volume de cet auteur.

Je suis fan !

 

 

 

 

 

Extrait :

-          Tu savais que Doyle avait failli appeler Holmes « Sherrinford » ?

-          C’était dans les versions préliminaires, mais il s’est décidé pour Sherlock à cause d’un joueur de cricket dont il se souvenait.

 

Je l’ai terminé. Il est disponible.

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Rendez vous avec Patrick O’BRIEN

 

 

Je lis en ce moment « Le rendez vous malais »

Donc rendez vous avec l’histoire de ce groupe d’îles  au Sud du Vietnam actuel devenu depuis tristement célèbre par son bagne. 1

 

Mais nous sommes au tout début 19ème avec un navigateur anglais, Jack AUBREY, héros de cette longue série de romans de Patrick O’BRIEN.

Confrontation entre la marine et la diplomatie de sa Majesté et celle de « Buonaparte ».

Roman oui, mais très documenté et vivant.

Foisonnant en termes de marine et chronique d’une époque vue depuis l’autre coté de la Manche par cet auteur irlandais.

 

J’en suis à la moitié.

Dispo… quand j’aurais fini !

 

JPP

 

 

Une phrase du livre : » La vérité est elle ce que je parviens à vous faire croire ? »

 

 

 

1 -Erigé en central pénitencier le 1er avril 1862, par le contre-amiral Bonard, il était destinée à recevoir des prisonniers politiques et de droit commun ainsi que des prisonniers indigènes. En 1898, un rapport fait état d’un taux de mortalité de 70%.